Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 14:05

Les thérapies énergétiques sont des thérapies basées sur l'énergie et les "méridiens". Elles portent différents noms : magnétisme, reiki, reconnexion, quantum touch, etc. Il faut bien distinguer la théorie de la pratique dans toutes ces thérapies énergétiques, car il existe souvent un fossé plus ou moins important entre les deux. Voici quelques critères à prendre en compte :

 

- d'où vient l'énergie canalisée ? dans le "magnétisme (animal)", elle provient généralement du magnétiseur, tandis que la plupart des autres thérapies énergétiques avancent une provenance beaucoup plus subtile (énergie universelle pour le reiki, énergie divine, etc.). J'ai également entendu parler de soit-disant thérapeutes qui utiliseraient des machines à électrodes pour "soigner" : à moins qu'il ne s'agisse de véritables traitements sportifs ou médicaux (comme un kinésithérapeute pourrait en faire), je vous déconseille fortement d'essayer ce genre de soins. En pratique, la plupart du temps, tous les "énergéticiens" véhiculent au moins en partie leur propre énergie dans les soins énergétiques : vous recevrez donc une partie de leur énergie s'ils vous soignent. Lors de soins groupés, si les thérapeutes ne sont pas calibrés sur la même fréquence et n'ont pas la même qualité d'énergie, cela peut avoir des effets assez inconvenants. Par les temps qui courent, il existe un grand nombre de "charlatans" parmi ces énergéticiens, car ils ne comprennent pas réellement ce qu'ils font (leur initiation a probablement consisté en la répétition d'un certain rituel et en recevant une imposition des mains d'un maître souvent peu conscient également de ce qu'il fait). En plus de leur propre énergie, les énergéticiens utilisent également l'énergie du patient (qu'ils essaient généralement de "booster" - si vous vous sentez vidés à la fin d'une séance en tant que patient, c'est que le thérapeute vous a vampirisé au lieu de vous envoyer de l'énergie). Ils se servent également (parfois sans le savoir) de l'énergie environnante et des niveaux ou groupes d'énergie extérieure avec lesquels ils sont en contact lors de la séance : s'il s'agit de thérapeutes qui se rechargent en vampirisant les autres et leur environnement, alors cela vous ne sera pas aussi "bon" qui si le thérapeute est une personne assez évoluée... dans tous les cas, jaugez aussi le thérapeute par rapport à vous : en général, je vous conseillerai de choisir un thérapeute dont le taux vibratoire est légèrement plus évolué au vôtre. La quantité d'énergie apportée par le thérapeute est à mon avis moins importante que sa qualité d'énergie.

 

- pourquoi cette multitude de thérapies énergétiques ? Chaque thérapie énergétique repose sur certaines valeurs, certains idéaux, et aussi en général, certains praticiens ou figures mythiques. Dans notre époque actuelle, nous sommes encouragés (à tord) à privilégier la quantité de connaissances à la qualité : ainsi, nous aurions tendance à vouloir suivre différentes formations, en magnétisme, reiki, reconnexion, etc... alors qu'au fond, nous n'avons pas besoin de formations payantes pour y arriver (au passage, j'invite tous les thérapeutes véritables à partager leur connaissance et leur pratique au plus grand nombre afin que nous puissions tous plus facilement nous ré-énergiser et nous soigner sans prendre une tonne de médicaments aux effets secondaires qui peuvent provoquer de nouveaux symptômes et ainsi de suite... plutôt que de rechercher la cause véritable à nos "maux".

 

- quelle thérapie énergétique choisir ? Celle qui est le plus appropriée pour vous au moment considéré... Plutôt que de chercher à apprendre différentes "disciplines" ou différents "rituels" ou "techniques", commencez d'abord par apprendre ce qu'est l'énergie et comment cette énergie circule en vous et autour de vous. Le "magnétisme (animal)" constitue un bon début pour l'apprentissage et ses résultats rapides réconfortes le praticien. Néanmoins, le magnétisme animal est une thérapie qui reste assez limitée car elle passe par les filtres de la volonté et de l'énergie du magnétiseur. Moins il y a de filtre et plus la source est élevée (en fonction de ce sur quoi le thérapeute arrive à se brancher), plus vous recevrez une énergie capable de faire des miracles en vous-mêmes et autour de vous. Ce n'est pas une simple pratique ludique, c'est un véritable chemin de vie qui se dresse devant vous. Sachez aussi que le thérapeute que vous trouverez correspondra à votre vibration du moment : si vous tombez sur un "charlatan", interrogez-vous aussi sur vous-mêmes : est-ce que vous croyez dans la thérapie énergétique ? Est-ce que vous voulez vraiment être guéri de telle affection ? etc.

 

 

- quelle est la thérapie énergétique idéale ? Celle qui nous permet d'accéder à un taux vibratoire tellement élevé que la guérison intervient immédiatement. La rencontre avec des "êtres de lumière" peut ainsi guérir une personne instantanément d'un cancer avancé. Pour pouvoir atteindre des taux vibratoires très élevés en guérison, il faut commencer par apprendre à élever son taux vibratoire dans la vie quotidienne, à tous les niveaux : se tourner davantage vers l'amour que la haine, vers la joie que vers la peine, vers l'optimisme que vers le pessimisme, se nourrir d'une alimentation riche en énergie cosmo-tellurique et pauvre en souffrance (notamment animale), diminuer la consommation de produits toxiques pour son organisme, etc. Le développement du champ magnétique du coeur et de manière générale, de tout ce qui concerne le coeur, est largement conseillé, car c'est le coeur qui possède le champ magnétique le plus important dans le corps humain et c'est à partir de lui que vient la guérison véritable. L'activité sportive, la charité (la vraie, celle qui vient du coeur), la nourriture pauvre en mauvais cholestérol, la méditation, etc. sont autant de moyens d'améliorer l'activité de son coeur et donc de son champ magnétique, afin de devenir un véritable thaumaturge. Certes, il a existé de grands thaumaturges (comme Maître Philip de Lyon ou A. Levashov) qui ne suivaient pas tous ces conseils tout au long de leur vie, mais une fois que le coeur tourne vite et bien (comme un moteur), il est plus facile de lui faire absorber toutes sortes de "maux" que lorsqu'il fonctionne à bas régime... De plus, j'avancerais qu'il ne manquait peut-être pas grand chose à ces grands thaumaturges pour atteindre une véritable illumination du corps (physique); cependant, comme tout être humain, nous avons tendance à nous contenter de ce que nous avons, surtout si nous sommes déjà bien au-dessus du commun des "mortels"...

 

Pour développer son énergie intérieure, les arts martiaux, le qi gong, le tai chi et le yoga sont de très bonnes disciplines. Voir entre autres une vidéo sur le kundalini yoga.

Repost 0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 20:22

La vie de couple devrait normalement être un "plus", elle devrait nous apporter une "plus value" à notre vie.

 

Pourtant, comme la vie en couple est une "norme sociale" depuis bien longtemps (même si elle l'est de moins en moins), les personnes célibataires se sentent "seules" et ressentent donc le besoin d'être en couple, même de manière temporaire ou épisodique, si bien qu'elles ne prennent pas suffisamment le temps pour une introspection (regarder à l'intérieur de soi), afin de construire leur "temple intérieur". Pourtant, lorsque nous mourons, nous ne sommes pas "jugés" sur ce que les autres ont ou auraient pu faire pour nous, mais bien sur ce que nous avons nous-mêmes réalisé sur le chemin que nous avons pris dans notre vie, sur les qualités et défauts que nous avons développés au cours de notre vie...

 

Pourquoi sommes-nous attirés par le sexe opposé (ou par le même sexe) ? C'est une question complexe qui dépend du passé, de la personnalité et du comportement de chacun. Toutefois, une réponse simple peut y être apportée :  l'attraction des contraires (sexes opposés) pour trouver un équilibre d'une part et d'autre part, le besoin de se forger une identité en assimilant ce qui est proche de nous (même sexe); c'est ainsi que dans un premier temps, les garçons et les filles recherchent un groupe de même sexe et que dans un deuxième temps, ils cherchent à se compléter et s'équilibrer en allant vers le sexe opposé. Il existe d'ailleurs une polarité naturelle yin / yng chez l'homme et chez la femme qui sont issus de leur développement sexué (notamment hormonal - plus ou moins développé selon les individus), qui conditionnent leur vie affective. L'homme est plutôt yang sur les plans physique et mental, tandis qu'il est plutôt yin au plan sentimental. La femme est plutôt yin sur les plans physique et mental et plutôt yang au niveau sentimental. Cette polarisation va en s'atténuant au fur et à mesure que l'on se rapproche du plan spirituel.

 

PLAN PARTIE DU CORPS FEMME HOMME
PHYSIQUE BASSIN YIN YANG
SENTIMENTAL THORAX YANG YIN
MENTAL TETE YIN YANG

 

Yin corespond à la souplesse, à l'intériorité,au froid, au repos, ...

Yang correspond à la dureté, à l'extériorité, à la chaleur, à la vigueur, ...

 

NB: La nature des niveaux intermédiaires dépendent de leurs sources, selon le plan duquel ils émanent : par exemple, l'énergie féminine sera plutôt yin si elle provient du plan physique et plutôt yang si elle provient du plan sentimental, vice-versa chez l'homme. L'astral (émotionnel) fonctionne de façon quasi-similaire. Au niveau moral (entre le buste et la tête), la tendance sera plutôt yang chez une femme qui exprime son ressenti et plutôt yang pour un homme qui exprime sa conception des choses.

 

La femme a donc une tendance naturelle à développer son affectivité plus facilement que l'homme qui aura ainsi tendance à la refouler (surtout dans les cultures patriarcales mettant en avant la "virilité" de l'homme). Yin et Yang s'attirent mutuellement, au risque de se polariser : lorsqu'un homme cultive trop son côté "macho" et que la femme cultive trop sa féminité, alors la réunion d'un tel couple risque d'engendrer un certain nombre de problèmes, de frustrations, et fera obstacle à l'évolution des deux partenaires, souvent même en développant un besoin de rééquilibrage vers d'autres personnes moins polarisées, car les extrêmes ont tendance à rendre "fou".

 

La vie de couple idéale serait donc un équilibre raisonné et évolutif permettant à chacun de booster son développement personnel tout en laissant à l'autre suffisamment de liberté pour se recueillir et se construire indépendamment.

 

Dans nos sociétés, nous pouvons distinguer deux grandes étapes dans la vie de couple :

 

1/ L'étape de la rencontre, de l'effusion des sentiments, du don libre et inconditionnel. A ce niveau, le couple n'est pas encore vraiment construit, il se cherche et les personnes vivent généralement de manière séparée à ce stade. 

 

Progressivement, le couple se forge à partir de chacun (1+1=3) et les partenaires mettent en place leur vie commune...

 

2/ Le passage à la vie en communauté (communauté de toit, de lit et d'affection) : le couple est maintenant construit et passe à un niveau (bien) supérieur, celui de la cohabitation, du partage d'un même lit pour dormir et d'un engagement mutuel d'ordre affectif (notamment la fidélité). La vie de couple des débuts commence à s'essoufler voire même à étouffer les partenaires, car les obligations surgissent les unes après les autres et que chacun essaie de prendre le contrôle sur l'autre, au moins dans une certaine mesure, tout en essayant de le "supporter".

 

Et comment "supportons"-nous notre partenaire ? A la manière d'une pom-pom girl ? A la manière d'un coach ou d'un entraîneur sportif ? A la manière d'un conseiller financier ? A la manière d'un voisin qui empiète sur notre vie privée ?

 

Certains ("vieux") couples tiennent grâce à ces obligations et en inventent même beaucoup d'autre pour "se rassurer" : manger ensemble à table, voir ses amis en restant en couple, concevoir et s'occuper des enfants, etc. Ce genre de couple a tendance à sombrer dans les habitudes et la routine, au risque de devenir de simples cohabitants amicaux, d'où le besoin ensuite de reprendre un peu de liberté, de reprendre soin de soi, ... ce qui n'est pas toujours bien mis en pratique ni bien perçu de l'autre.

 

Pourtant, la "communauté de vie" n'est pas forcément l'aboutissement nécessaire de la vie de couple : certains couples vivent séparément ou vivent dans des lits différents ou tolèrent que le partenaire aient des liens afectifs plus ou moins profonds avec d'autres personnes... La question à se poser est la suivante : qu'attendons-nous de notre vie de couple ? (et vérifier que les attentes des deux partenaires soient compatibles) Si nous aimons le modèle social prédominant, qu'il en soit ainsi ! Mais si nous ressentons que ce modèle n'est pas totalement adapté à notre situation, alors choisissons en un autre ou une variante, qu'elle soit temporaire ou viagère ! Par exemple  : dormir (parfois/souvent) dans deux lits différents tout en vivant sous le même toit, partir (parfois/souvent) en vacances sans son compagnon, etc. du moment que cela est bien vécu des deux côtés !

 

Cette difficulté à mettre en place une vie de couple épanouissante vient du fait que nous n'y avons pas été correctement préparés : l'exemple des vies chaotiques ou d'obligations de nos proches, l'éducation sexuelle quasi-inexistante, les expériences maladroites des adolescents, les histoires sans lendemain après un excès d'alcool et les contes de princes et de princesses ou encore les téléréalités ne sont pas faits pour faciliter notre construction, bien au contraire.

 

Pour éviter que le compagnon devienne une béquille ou une gêne, il faut réapprendre à vivre en couple en laissant à chacun suffisamment de place pour se construire. "Le travail" de Katie Byron peut être très utile à ce niveau. Si les deux partenaires ne parviennent pas à trouver un bon équilibre, ils devraient dans la mesure du possible reprendre leurs distances pendant quelques jours ou quelques semaines, ce qui leur permettrait aussi de comprendre s'ils ont toujours besoin l'un de l'autre et se recentrer sur les obligations qui leur paraissent essentielles.

 

La rupture ne devrait pas être vécue comme un échec puisqu'elle ne que le reflet matériel de la désunion subtile ; il s'agit simplement d'une nouvelle étape dans la vie de chacun, tout comme l'union l'était. Dans nos vies incarnées, nous avons tendance à prendre trop à coeur ce qui nous arrive, alors qu'il ne s'agit que d'étapes que nous traversons et qui permettent à nos personnages d'aller vers une nouvelle étape. Réapprenons à penser et vivre comme des enfants, à profiter des bons moments et à toujours aller de l'avant !

 


Pour aller plus loin, lire :

http://reve-la-tion.over-blog.com/article-yin-yang-117640257.html

http://antahkarana.forumzen.com/t44p3-masculin-et-feminin-la-bi-unite

Repost 0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 20:21

Ceci est un court article sur nos différentes conceptions de la sexualité à travers les plans vibratoires...

 

Sexualité au plan physique : cela consiste à considérer l'acte sexuel comme un simple besoin physiologique - 1er niveau de la pyramide de Maslow... C'est un peu ce que l'on appelle la sexualité bestiale ou animale, bien que cela ne soit pas vraiment le cas à mon sens : les animaux font généralement preuve d'une sexualité au moins au plan énergétique.

 

Sexualité au plan éthérique : cela consiste à unir les énergies sexuelles et augmenter la circulation de l'énergie dans le corps de chacun des partenaires ; dans la pyramide de Maslow, le 2eme niveau correspond à la survie de l'espèce, au besoin de sécurité et de conservation.

 

Sexualité au plan astral : c'est lié aux rôles que nous jouons dans la société; cela correspond à la sexualité adolescente et adulescente, chargée d'émotions avec le besoin de ne plus être seul, de s'ouvrir à l'autre et de former avec lui une nouvelle dimension, un "couple".

 

Sexualité au plan aural (du coeur) : c'est ce que l'on nomme habituellement "faire l'amour"; les sentiments s'ajoutent à l'acte sexuel et le transcendent. Cette sexualité développe également tout un contexte harmonieux et épanouissant.

 

Sexualité au plan moral : c'est être de véritables partenaires dans la vie, partager des moments intimes verbalement et par toutes formes d'expressions

 

Sexualité au plan mental : c'est partager des pensées, des réflexions, regarder dans la même direction

 

Sexualité au plan spirituel : c'est être à l'unisson, ne faire plus qu'un tout en restant deux êtres distincts qui s'entraident pour faciliter le développement des deux partenaires.

 


Le rite du Hieros Gamos et le Kama Sutra donnent une dimension beaucoup plus subtile à l'union sexuelle ; il ne s'agit plus d'assouvir un simple besoin physique ou affectif, il s'agit de reconnaître en soi et en l'autre les dimensions supérieures, de l'âme, de la psychée et de l'esprit.

 

Ce bref rappelle sur la sexualité nous amène à réfléchir sur notre vie sexuelle et sexuée. Bien sûr, nous avons tendance à naviguer entre les différents niveaux vibratoires, mais que cherchons-nous réellement dans la sexualité ? Qui sommes-nous en tant qu'être sexuel et sexué ?


 

L'éveil des chakras est intimement lié au passage de l'énergie vitale dans leur correspondant du plan subtil. Ainsi, l'activation du 3è oeil nécessite la circulation d'une grande énergie au niveau du plan mental, qui se met alors en connexion avec le corps énergétique. Circulation ne veut pas dire "concentration" : une eau stagnante, même en grande quantité, n'a jamais fait tourner la roue d'un moulin... donc un chakra ajna naturellement actif peut être bloqué par le manque de circulation (= stagnation) de l'énergie à ce niveau, tandis qu'un chakra ajna inactif peut se comporter comme une passoire. L'activation des chakras de manière contrôlée n'est pas évidente sans l'apprentissage et la pratique associée. Le plus souvent, nos chakras s'activent temporairement et spontanément, souvent pour une courte durée. Notre carte du Design humain nous permet de prendre conscience de nos circuits énergétiques de naissance, afin de mieux nous connaître et de reprendre le contrôle de nos vies. Bien sûr, cela ne remplacera jamais l'attention que nous pouvons avoir sur nous-mêmes.

 

 


Quant à l'éveil de la Kundalini, de nombreuses techniques existent (positions, respirations, travail sur l'imagination, sur le ressenti, etc.) afin d'éveiller sa Kundalini lors d'un acte sexuel. Nous pouvons ressentir alors à quel niveau nous en sommes : sommes-nous coincés au plan physique, éthérique, astral, aural, moral, mental ou arrivons-nous jusqu'au plan spirituel et pendant combien de temps ?

Repost 0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 15:00

Les jeux de rôle ne sont pas que des modondes virtuels sur lesquels s'enferment certains enfants, ados et adultes... ils font partie de notre quotidien et nous les avons tellement stéréotypés qu'ils sont devenus ennuyeux. C'est la psychologie sociale qui étudie majoritairement ces rôles que nous jouons entre nous. Nos modèles sociétaux ont placé une frontière presque imperméable entre la vie "réelle" et le jeu de rôle... Les enfants ont une plus grande liberté de jeu (avec beaucoup d'imagination) qui est toutefois restreinte par les parents, tandis qu'en grandissant, nous apprenons de plus en plus à "suivre des règles", à "prendre nos responsabilités" et à rejeter le monde du jeu et de l'imaginaire... Heureusement, ce n'est pas définitif, nous pouvons reprendre conscience que la vie est un jeu, une série d'épreuves...

 

De nombreuses idées, dernièrement, se prêtent à un jeu semi-réel, comme "Le Jeu"  ("The Game", en anglais) ou encore le mélange un peu plus excentrique de l' "In Real Life", où des personnes (généralement ados-adulescents) se prennent pour des personnages de fictions, que ce soit dans l'univers de Zelda, Mario, Assassin's Creed, GTA, ...

 

Si nous regardons bien notre vie, nous prenons différents rôles selon les contextes et les relations que nous avons :

- rôle employeur vs employé, dans un cadre professionnel salarial ;

- rôle parent vs enfants, dans le cadre de la famille restreinte ;

- rôle homme vs femme, dans le cadre conjugal ;

- rôle du propriétaire vs le locataire, dans le cadre d'une location d'un logement ;

- etc...

 

Ces rôles sont souvent encadrés, que ce soit par les lois, les règlements, les contrats, etc. Nous avons tous en tête des modèles de relations idéales (c'est à dire basés sur des idées, des concepts mentaux). Depuis tout petit, nous sommes formés et conditionnés à jouer ces rôles et nous sommes même encouragés à les jouer de la "meilleure" façon possible, c'est à dire la façon la plus consensuelle et la plus obéissante par rapport à l'autre, souvent doté d'une autorité : un enfant doit obéir à ses parents, un salarié doit obéir à son employeur, etc. C'est vrai, mais seulement dans une certaine mesure ! Or, personne ne nous apprend que la désobéissance nous permet aussi de nous construire, au moins autant que l'obéissance... D'ailleurs, si nous regardons bien la vie des gens qui "réussissent" mieux que les autres, ce ne sont pas des gens très obéissants, au contraire : ce sont des gens qui ont su trouver leur équilibre entre l'obéissance imposée et la liberté de choix...

 

Le pouvoir sur l'autre semble de prime abord être à sens unique : cela ressemble donc purement et simplement à des relations dominant - dominé, où le plus "fort" domine le plus "faible"... Jean-Jacques Crèvecoeur s'est spécialisé dans le domaine (cf vidéo "relations et jeux de pouvoir"). Sauf que si l'on observe la situation de plus près, toute relation oblige une perte relative de pouvoir que l'on recherche souvent à combler par l'autre. Métaphoriquement parlant, si le maître pense dominer son chien en tenant la laisse, il est également dominé par son chien déjà par l'obligation de le sortir avec lui, mais aussi par la nécessité de le suivre, de le laisser faire ses besoins et même (normalement) de les ramasser pour les jeter à la poubelle... De même, la cravate concrétise aussi le lien entre le salarié et le patron, ou l'anneau de mariage entre l'époux et l'épouse. Ces "liens" sont réciproques, car ils relient deux êtres dans une relation de pouvoir et de servitude. Dans les cas extrêmes, cette relation peut devenir "sado-maso" lorsque l'attachement devient viscéral et source d'une jouissance dévoyée... Il est notable de préciser d'ailleurs que les pulsions sado-maso se retrouvent davantage dans les relations où le pouvoir est important.

 

QUELS SONT NOS DIFFERENTS BESOINS ?

 

La pyramide des besoins dite "d'Abraham Maslow" nous permet une approche à la fois basique dans sa forme la plus primaire, tout en pouvant être largement développée à travers tous les courants de pensées qui s'en sont nourris. Elle nous enseigne qu'un être vivant ne peut généralement se consacrer véritablement à l'atteinte d'un besoin supérieur tant qu'elle ne s'est pas occupée suffisamment de ses besoins inférieurs. Ainsi, les besoins physiologiques primaires (faim, soif, respiration, sommeil) doivent être d'abord contentés avant de pouvoir s'intéresser davantage aux besoins de sécurité (toit, milieu protecteur), puis aux besoins d'appartenance et d'amour, d'estime et d'accomplissement de soi. Si vous souhaitez pouvoir faire un parallèle avec les 7 plans vibratoires, voici les correspondances :

- besoins physiologiques, de survie (plan physique) ;

- besoins de sécurité (plan éthérique);

- besoins d'appartenance sociale (plan astral);

- besoins d'amour, d'affection (plan aural);

- besoins d'estime des autres, de reconnaissance (plan moral);

- besoins d'estime de soi, de confiance en soi (plan mental);

- besoins de réalisation, d'accomplissement de soi (plan spiirtuel).

 

 

COMMENT IDENTIFIER CES RELATIONS DE DOMINATION ?

 

Ces relations de domination se retrouvent de partout et sont quasi-systématiques sur notre planète. Elles sont plus simples à observer chez les animaux (relations de domination dans un groupe, entre les espèces, etc.) que chez les humains (qui ont en eux un pouvoir bien plus important qu'ils ne savent pas maîtriser, par manque d'éducation (la recherche du pouvoir extérieur étant une dominante de nos modèles sociaux). C'est ainsi que nous avons l'habitude de fonctionner : rechercher ailleurs ce qu'il nous manque, pour essayer de l'assimiler et d'en faire sien. Sauf que c'est un problème sans fin, car le besoin du pouvoir extérieur implique un manque de pouvoir intérieur, donc un déséquilibre qui ne pourra jamais être comblé et qui ne fera que s'accroître si nous arrivons temporairement à satisfaire ce manque de pouvoir...

 

Voici les grands types de relations stéréotypées basées sur notre "enfant intérieur" et auxquelles nous faisons face :

- l'enfant affamé vs le parent nourricier (plan physique, de la survie);

- l'enfant coffre-servile vs le parent roi (plan éthérique, de la sécurité);

- l'enfant martyr vs le parent sacrificateur (plan astral, de l'appartenance);

- l'enfant manipulé vs le parent manipulateur (plan aural, de l'affection);

- l'enfant rebel vs le parent dictateur (plan moral);

- l'enfant lobotomisé vs le parent psychorigide (plan mental);

- l'enfant mort vs le parent meurtrier (plan spirituel).

 

Les rôles sont parfois inversés entre les enfants et les parents, car les enfants apprennent aussi les techniques qui sont utilisés dans leur environnement (par exemple, l'enfant est parfois gâté comme un roi, d'où l'expression d'enfant-roi) et que de manière plus générale, la référence à cet enfant ou à ce parent intérieur doit être reconnu dans le cadre de toutes relations interpersonnelles. Toutes ces relations sont des déclinaisons de la relation dominant - dominé, bourreau (persécuteur) - victime. Lorsqu'il y a une troisième personne qui arrive, le risque est qu'elle prenne le rôle de "sauveur" (cf triangle dramatique), qui vient s'immiscer entre le bourreau et la victime et ne permet pas véritablement de trouver une solution durable, avec le risque de voir ce triangle tourner et les rôles s'échanger : ainsi, il arrive que le "sauveur" devienne la victime ou le persécuteur à son tour, ce qui n'arrange rien à la situation...

 

 

Mais en réalité, rassurez-vous, vous n'êtes pas schizophrène ! Vous n'avez pas plusieurs enfants intérieurs, vous n'en avez qu'un ! Seulement, c'est un enfant qui est masqué car il a peur d'être lui-même : il joue donc avec des masques, non seulement par "jeu" (social) mais aussi et surtout parce qu'il n'a pas su gérer certaines situations difficiles (tromperie, méchanceté, violence, etc.) qui l'ont blessé et empêché de se révéler tel qu'il est. Notre enfant intérieur a tendance à être vidé progressivement de sa substance, de sa "flamme intérieure" (qui s'exprime notamment à travers les yeux qui brillent, tandis que les yeux deviennent vitreux lorsque la flamme devient faible), au fur et à mesure qu'il grandit et qu'on l'asservit dans une société qui met en avant ceux qui savent "tirer profit" de l'environnement et de leurs semblables (cf le film le Royaume de Ga'Hoole).

 

COMMENT SORTIR DE CES RELATIONS DE DOMINATION ?

 

Ces relations sont comme des chaînes qui entravent notre évolution, notre éveil. Ces chaînes n'apparaissent pas subitement, seulement nous ne nous en rendons compte que lorsque nous faisons face à des situations difficiles. Nous pourrions alors nous dire qu'il nous suffit de nous déchaîner sur nos chaînes, de les briser et de partir à l'aventure. Pour autant, cela n'est pas aussi facile à faire qu'il n'y paraît, nous y sommes malgré tout "attachés" (à tous les niveaux !), et nous en libérer trop vite risquerait de nous entraîner vers de nouvelles chaînes bien moins connues et bien plus difficiles à se défaire... C'est le cas par exemple du jeune fugueur qui ne supporte plus ses parents et qui, au lieu de mûrir un projet alternatif viable, choisit purement et simplement de quitter ses parents, sa famille, ses amis et s'en aller vivre... dans la rue. De même, le fumeur invétéré qui réussira à arrêter la cigarette du jour au lendemain sans avoir fait un quelconque travail psychologique et émotionnel risquera fortement de développer de nouveaux travers tels que l'alcoolisme, la violence,... Il ne s'agit pas ici de juger les autres mais plutôt de s'analyser et de trouver des solutions plus appropriées :

- jauger le degré d'urgence : toute situation provoquant une souffrance importante (qu'elle soit physique, émotionnelle, ou psychique) doit pouvoir trouver rapidement une issue ;

- travailler sur les plans supérieurs : afin d'éviter de retomber dans le même genre de situations, travailler sur soi aux niveaux subtils : énergétique, astral, aural, moral, mental et spirituel ;

- trouver la solution la plus adéquate : en écoutant son être en entier et en particulier son coeur.

 

COMMENT TRAVAILLER SUR SOI-MEME ?

 

Il existe un très grand nombre de méthodes, toutes ayant leur intérêt, avec une approche différente et complémentaire par rapport aux autres techniques. L'idée de fond est de ré-apprendre à s'écouter et à écouter l'autre, dans toutes les dimensions.

 

Vous pouvez approfondir par exemple :

- le pardon véritable pour guérir son enfant intérieur;

- la communication verbale, para-verbale et non-verbale ;

- le mode alternatif de résolution des conflits "MARC" ;

- la communication assertive, dans le respect de soi et de l'autre ;

- la psychologie humaniste d'Abraham Maslow ;

- la programmation neuro linguistique (PNL) et les techniques de manipulation mentale;

- l'analyse transactionnelle d'Eric Berne ;

- le pouvoir du moment présent d'Eckart Tolle ;

- "le travail" de Katie Byron ;

- ...

Repost 0
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 20:44

***Addendum***

 

L'éveil de la kundalini se fait de multiples façons; voici les principales manières d'y arriver (à mélanger !) :

- la voie du haut (du Ciel, du Père, de Shiva ou du Saint Esprit) : faire descendre l'Esprit Saint par la prière et la contemplation, par la préparation au sacrifice dans un but supérieur, par la compréhension profonde de la futilité de la vie (memento mori), ce qui revient à créer une brèche dans son ego mental, permettant ainsi de faire descendre l'énergie à travers le chakra supérieur de la fontanelle et celui de la glande pinéale (éveil de la plupart des mystiques chrétiens, ou encore par exemple de Francis Bourcher) ;

- la voie du bas (de la Terre, de la Mère, de Shakti ou du Daimon) : éveiller les chakras, faire monter l'énergie le long de la colonne vertébrale, en réveillant la kundalini logée dans le chakra du muladhara, puis en activant le chakra de l'énergie

- la voie du milieu (du coeur, du Christ ou du Bouddha) : la pratique de l'amour véritable (désintéressé, consistant à voir le divin en tout être, en tout événement et en toute chose) et de l'effusion des sentiments permettent d'ouvrir le chakra du coeur dont la puissance permet d'activer rapidement tout son corps énergétique; le coeur a en plus la particularité d'être au "coeur" de notre être et d'héberger la singularité de notre trou noir intérieur - cf video de spirit science).

- la voie douce (naturelle, progressive) : par une bonne hygiène de vie (y compris alimentaire) et une éducation saine, en développant son intuition et son cerveau droit ("irrationnel") sans hypertrophier son cerveau gauche ("rationnel"), si nous sommes correctement guidés, nous éveillons naturellement et progressivement notre énergie intérieure; Nikolai Levashov a pu ainsi réveiller sa kundalini ;

- la voie rapide (intensive) : par l'imposition des mains effectuée par une personne qui a fait naître son corps d'énergie, ou encore par la confrontation à la mort (EMI = NDE), on peut précipiter les choses, mais cela a souvent des effets pervers pour les personnes qui n'y sont pas préparées...

- la voie mêlée (mélangée) : celle que je vous conseille, qui consiste à profiter des opportunités qui s'offrent à vous et à pratiquer de manière simultanée la voie du haut, la voie du bas, la voie du milieu et la voie douce...

 


Tout d'abord, pour vous familiariser un peu avec le concept, je vous conseille quelques vidéos sur l'éveil de la kundalini :

-Kundalini Awakening (l'une des plus belles vidéos sur le sujet, en anglais)

- l'éveil de la kundalini à travers les chakras (en musique)

- vous pouvez regarder également quelques enseignements, tout en gardant votre jugement critique...

 

Chez un être humain "normal", la kundalini est logée au niveau du 1er chakra : Muladhara et elle peut y rester "coincée" pendant toute sa vie; elle s'y trouve en quelque sorte à l'état de "repos".Toutefois, cela ne l'empêche pas de remonter à certaines occasions, de manière subite que ce soit lors d'un orgasme ou de manière plus simple, lors de "frissons", de bouffées de chaleur, ou d'électrisation du corps... A ce stade, l'être humain est relativement vulnérable à toutes sortes de maladies, mêmes les plus bénignes. Même les animaux, avec leur connexion avec les éléments naturels, arrivent davantage à élever cette énergie que les hommes de base qui vivent dans des cités artificielles et se nourrissent de toutes sortes de "junk food". La satisfaction des besoins physiologiques primaires (c'est à dire la survie, l'eau et la nourriture) facilite l'éveil de la kundalini aux niveaux supérieurs.

 

L'éveil de la kundalini au niveau du 2è chakra située au niveau du sacrum et associé à l'énergie sexuelle : Svadhistana, qui est associé à l'élément "eau". A ce stade, nous commençons à expérimenter le "magnétisme" et nous avons une vitalité renforcée. Nous ressentons comme des picottements ou des flots d'énergie dans le corps et notamment dans les bras ou le long de la colonne vertébrale, un peu comme si nous avions de véritables tuyaux de canalisation à l'intérieur de nous. La satisfaction des besoins de sécurité permet l'éveil de ce centre d'énergie.

 

L'ouverture du 3è chakra, Manipura, associé à l'élément feu, est pareil à une explosion de chaleur dans tout le corps, un peu comme ce qu'il se passe lors de bouffées de chaleur chez les femmes ménopausées (puisque le chakra sexuel laisse passer par intermittences des flux d'énergie de manière non contrôlée). L'équilibre émotionnel et la satisfaction du besoin d'appartenance à une société ou à un groupe d'amis facilite l'activation de ce chakra.

 

L'ouverture du 4è chakra, Anahata,qui correspond à l'élément Air et au coeur, ainsi qu'aux relations sociales et de coeur. Les Saints sont d'ailleurs parfois représentés avec une aura au niveau du coeur (cf le "coeur sacré de Marie"). Il s'agit ici du besoin de reconnaissance sociale et de liens amicaux et familiaux plus solides et durables.

 

L'éveil de la kundalini au niveau de Vishudha correspond aux vibrations sonores; c'est pourquoi l'utilisation de mantras, de bols chantant ou de tout autre instrument de musique peut faciliter cette ouverture. Plus encore, le développement de nos facultés de communication, en particulier de manière verbale et para-verbale, ainsi que le développement de nos cordes vocales par le chant, nous permettent d'apprendre à mieux échanger avec notre environnement et les êtres vivants que nous croisons.

 

Au 6è niveau, lorsque le chakra Ajna s'illumine, cela active la vision du "3è oeil". L'activation de ce chakra est facilitée pendant les méditations, le rayonnement naturel du soleil ou même d'une bougie. Toutes les lumières artificielles appauvrissent nos capacités puisque nos yeux se branchent sur une fréquence disharmonieuse et très limitée. De même, il est préférable d'apprendre par soi-même et de comprendre les choses, plutôt que d'engranger des tonnes de connaissances sans véritablement les comprendre. Le développement de la compréhension et de la connaissance, de la méditation et des techniques de visualisation, facilitent l'activation de ce chakra.

 

Lorsque la kundalini atteint le 7è chakra, Sahasrara, c'est l'illumination. La plupart des dieux et Saints sont représentés avec une couronne de lumière autour de la tête, les langues de feu sur la tête sont également une autre façon imagée d'abordée cette descente du "Saint Esprit" sur les disciples, désormais consacrés et capables de soigner à leur tour toutes sortes de maux... quoiqu'à bien y regarder, il semblerait que le centre de cette auréole ou le symbole de cette langue de feu fasse plutôt référence (encore !) au chakra Ajna, associé à la glande pinéale (c'est à dire en forme de pomme de pin)... Le fait de s'attacher autant à l'éveil du mental plutôt qu'à l'éveil du coeur est une caractéristique très répandue dans notre société où l'on érige la "raison pure" comme un principe tout-puissant...

 


 

L'élévation de la kundalini n'est pas à prendre à la légère; je la considère comme le pendant énergétique de l'éveil global de l'être humain. Il est donc à la fois possible et même recommandé d'élever son énergie vitale (kundalini ou orgone selon les sources), de manière progressive sur tous les niveaux (physique, énergétique, astral, aural, moral, mental et spirituel) . Grâce à cet éveil, il est possible d'améliorer sa santé et en même temps de développer certaines capacités "extra-sensorielles" ou "surnaturelles". Ce n'est pas pour rien que la Caducée est le symbole de la santé et que le serpent enroulé autour de l'arbre de vie symbolise également cette énergie enfouie en nous. Certains assimilent l'ouverture des 7 chakras à l'ouverture des 7 sceaux ou des 7 églises de l'Apocalyse de St Jean. Toutefois, le développement de pouvoirs (ou siddhis) n'est pas le but à atteindre, d'autant plus qu'un éveil trop violent et rapide de la kundalini, surtout à partir du plexus solaire (chakra manipura), peut provoquer toutes sortes de brûlures, désordres, dysfonctionnements et maux dont il est difficile de se soigner avec notre médecine traditionnelle et qui nécessitent un arrêt de toute pratique d'éveil, tout en recherchant à faire redescendre l'énergie, comme l'humain 'civilisé' sait si bien le faire. Ces symptômes ont été regroupés sous le vocable de "syndrome de la kundalini". Cette expérience d'éveil trop brutal de la kundalini sans une préparation suffisante transforment les "pouvoirs" en véritables "malédictions", certains allant même jusqu'à considérer qu'il s'agit de l'oeuvre de Satan-Lucifer, comme cela a été le cas pour le Père Joseph Marie Verlinde... tandis qu'un éveil en douceur et global nous fera vraiment profiter de ces pouvoirs en tant que véritables "bénédictions" ou "dons divins". Jésus-Christ lui-même avait eu une telle initiation, sans laquelle il n'aurait jamais pu guérir quiconque (cela a bien sûr été cachée par l'Eglise catholique, qui continue paradoxalement à conserver précieusement des symboles d'éveil comme la pomme de pin ou la couronne de l'éveil). Les "apôtres du Christ" ont également reçu cette initiation. Cette connaissance a bien sûr été enlevée des textes des Evangiles afin de mieux asseoir le pouvoir de l'Eglise et des rois et empereurs, puisque ce mouvement sectaire n'est devenu une religion reconnue officiellement qu'avec le soutien des dirigeants politiques et donc une certaine connivence, ce qui a par là-même sonné le déclin de la spiritualité véritable et du mysticisme (cf par exemple la pyramide du système capitaliste).

 


Il existe un très grand nombre de techniques facilitant l'éveil de la kundalini. En voici une liste non exhaustive :

- tous les arts martiaux et disciplines plus douces comme le Qi Gong et le Tai Chi;

- toutes les formes de danses et de yoga, des plus physiques aux plus subtiles ou spécialisées, comme le tantra yoga, le Kundalini yoga ou le Pranayama yoga -- à noter que certains ont isolé certaines techniques, comme celle des 5 Tibétains ;

- toutes les formes de méditation, guidée (comme par exemple une méditation sur le pardon et l'amour) ou non,  basique ou élaborée (comme la méditation transcendantale);

- toutes les techniques de respiration, de relaxation, de sophrologie, de visualisation et d'hypnose;

- toutes les techniques reposant sur l'éveil et le contrôle de ses émotions et sentiments

- le contact avec la nature, le tourisme dans des milieux naturels, à haute énergie, en compagnie de personnes spirituellement évoluées, une nourriture plus végétarienne et bio, etc.

Repost 0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 02:32

Avez-vous déjà expérimenté votre "vision intérieure" ? Oui, forcément. Peut-être furetivement, mais assurément !

 

La vision intérieure ne passe pas seulement par la vue, même si c'est le plus souvent majoritairement en images mentales que cette vision s'exprime, puisque nous avons été élevés dans une société à dominante visuelle. Passe ensuite l'audio, le kinesthésique, l'olfactif et le gustatif (abbréviation "VAKOG" pour Visuel-Auditif-Kinesthésique-Olfactif-Gustatif). Si vous n'avez pas encore vu de documentaire sur l'influence des médias et en particulier de la télévision sur notre "éducation", vous pouvez regarder cet exposé d'un docteur en neurosciences... Il n'existe pas seulement 5 sens dans l'absolu mais il s'agit simplement des 5 sens principaux de l'être humain. En effet, la perception sensorielle se fait via des signaux électriques qui sont ensuite traduits par le cerveau (regardez "que sait-on vraiment de la réalité ?" si vous voulez approfondir le sujet), ce qui signifie qu'il peut exister dans l'absolu une infinité de sens. Pour n'en citer qu'un autre, le sonar des chauves-souris est un sens qui n'est pas développé chez l'homme.

 

La vision intérieure peut s'expérimenter un peu comme un rêve éveillé, par intermittences, c'est votre rêve intérieur qui s'exprime ! Vous pouvez aussi l'avoir au fond de vous et la capter par bribes dans la journée ou pendant la nuit, en étant éveillé ou endormi... L'état méditatif est un très bon moyen de faciliter cette vision intérieure, surtout si vous essayez d'écouter votre "moi profond", votre "voix intérieure", c'est à dire ... votre âme !

 

Sauf confusion de votre part, cette "vision intérieure" ou "voix intérieure" revient à écouter votre âme ou plus précisément, ce que votre âme a injecté en vous en se projetant dans la matière. C'est un peu comme un fil d'ariane qui vous permet de suivre ce pour quoi vous avez été créés (et c'est vous-mêmes en quelque sorte puisque votre âme c'est votre "soi supérieur"). Car l'âme, avant de se projeter dans la matière, développe un projet de vie, une "mission" (c'est ce que certains appellent leur vocation ou dessein de Dieu). S'incarner, c'est un peu comme aller sur une île inconnue avec aucun objet et sans moyen de télécommunication... la seule possibilité, les seuls outils que l'on peut avoir sont d'ordre informationnel (de l'ordre des pensées, des émotions, etc.). Alors si vous jetez un oeil en arrière sur votre vie passée, trouvez-vous quelques unes de ces informations fortes qui ont guidé votre vie ? Il ne s'agit pas forcément d'informations d'une profonde sagesse, cela dépend des projets de votre âme avant de s'incarner. Voici quelques exemples pêle-mêle d'informations-guidances intérieures que votre âme a ou aurait pu vous laisser : "gagner beaucoup d'argent", "s'amuser un maximum", "s'intéresser aux animaux et spécialement aux dauphins", "aider mes parents", "soutenir le développement du féminisme", "avoir beaucoup d'enfants", "avoir des émotions fortes"... ou plus philosophiques comme "profiter du moment présent (carpe diem)", "le monde matérielle est une illusion", "soif d'absolu", "la vérité se trouve à l'intérieur de nous", "les extrêmes permettent de comprendre la vérité", etc.

 

1/ COMMENT ACCEDER A SA VISION INTERIEURE

 

Le point essentiel pour refaire un lien authentique avec son âme, c'est l'authenticité ! A commencer par soi-même ! Mais si vous prenez l'habitude de mentir autour de vous, vous finirez tôt ou tard, par vous mentir à vous-mêmes, ne serait-ce qu'inconsciemment afin de faciliter la crédulité de vos mensonges (un bon menteur étant celui qui croit à ses mensonges). De plus, l'apprentissage du mensonge est loin d'être si anodin que cela : personne n'aime qu'on lui mente, que ce soit au niveau familial, amical ou socio-professionnel, y compris les menteurs, les mensonges conduisent à construire de nouveaux mensonges pour protéger les premiers mensonges (voire pire que des mensonges, comme les menaces de violences)... et cette habitude fausse la perception de la réalité du menteur, qui voit les autres comme d'autres menteurs potentiels; cela augmente aussi la paranoïa des victimes de mensonges, surtout s'ils portent à grandes conséquences. Les mensonges commencent dès la plus tendre enfance dans la famille, par toutes sortes d'histoires merveilleuses (père noël, petite souris des dents, etc.) ou affreuses (père fouettard, loup, ogre etc). Alors ce n'est pas facile de "revenir" sur des habitudes de mensonges de plusieurs décennies, mais vous verrez des effets positifs en vous et autour de vous assez rapidement et avec des effets à moyen et long terme... un peu comme ceux qui arrêtent de fumer...

 

Au lieu de perfectionner ses mensonges, apprenez plutôt à parler en contrôlant votre communication (verbale, para-verbale et non verbale), sans "tout raconter", en gardant pour vous ce que vous voulez garder et en discutant de ce que vous voulez partager... Il ne s'agit pas de prendre l'apparence du cliché du politicien qui inhibe la plupart de sa communication et force une fausse communication... Il s'agit simplement de contrôler en orientant sa communication sur des sujets sur lesquels on veut être authentique.

 

Après avoir appris à être "vrai", "authentique", vous libérerez une partie de votre accès à votre âme. Ensuite, apprenez à vous écouter (votre corps, votre énergie, vos émotions et sentiments, vos croyances, vos envies, vos pensées, etc.), faites un peu de méditation quand vous vous sentez envahi de pensées et d'émotions négatives, préférez le calme plutôt que l'agitation permanente, etc. Laissez décanter votre fort intérieur : l'eau trouble devient de plus en plus limpide.

 

Troisièmement, recherchez vraiment cette vision intérieure. Vous devez le vouloir profondément et le mettre en tête de vos priorités, car c'est l'essentiel de votre incarnation ! Vous devez le chercher partout, cultiver votre intuition (regarder à l'intérieur de vous), apprendre à vous écouter et vous faire confiance. Sans cette vision ou voix intérieure, nous sommes un peu comme des aveugles guidés à l'aveuglette...

 

A noter qu'il ne s'agit pas véritablement d'étapes à suivre l'une après l'autre mais à mener de front, ensemble.

 

2/ COMMENT CULTIVER SA VISION INTERIEURE

 

  En cultivant les étapes citées précédemment (authenticité, écoute de soi, calme, volonté), vous développerez votre vision intérieure. Cet article n'a pas la prétention d'être exhaustif et d'être une recette parfaite, car à chacun il existe des moyens plus faciles qu'à d'autres. C'est là encore, en étant attentif à ce qu'il y a en vous, que vous apprendrez à cultiver cette vision intérieure.

 

Plus encore, une fois que vous avez acquis des pistes, que vous avez regardé votre vie et compris quels thèmes, quelles réflexions, quelles démarches semblent guider votre vie et faire de vous ce que vous êtes, vous pourrez ensuite les prendre à part et méditer dessus. Vous pouvez tout aussi bien méditer sur d'autres "informations-guides", même non dominant, car vous aurez toujours une leçon à en tirer et cela pourrait très bien vous aider à vous reconnecter à une information-guide majeure en vous. A vous d'essayer, de tester ce qui vous convient le mieux !

 

Avec le temps, ces visions intérieures passeront de l'état inconscient à l'état conscient, vous pourrez les méditer quotidiennement et les ensemencer, les "cultiver".

Repost 0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 17:47

Je me suis rendu compte qu'à force de parler de loi d'attraction et d'élaborer maintes théories, certains ne savent plus vraiment de quoi il s'agit ou comment ça fonctionne. Alors j'ai décidé de faire un nouveau sujet sur la façon la plus simple d'appréhender la "loi d'attraction".

 

Soit dit en passant, l'expression "loi d'attraction" est réductrice et devrait plutôt s'appeler loi de création-attraction ou loi de manifestation-réception puisque l'on est à la fois des créatures et des créateurs. J'insiste aussi sur l'importance des quelques paragraphes qui vont suivre, car elles décrivent le fonctionnement de toute notre vie sur tous les plans et donc bien sûr, sur le plan physique...

 

La façon la plus simple d'envisager le fonctionnement de ce système, c'est encore de se placer au moment présent, comme s'il n'y avait que le présent et que tout ce que vous souhaitiez (1) se produisait immédiatement (2) en fonction de sa probabilité de survenance (3).

 

1 LE SOUHAIT

 

Le souhait s'exprime avant tout au niveau du coeur, le centre de notre être. Souhaiter c'est donc à la fois désirer "de tout notre coeur" (coeur-sentiment) et vouloir "du fond du coeur" (coeur-ego).

 

Souhaiter c'est également être aligné au fond de soi, c'est d'ailleurs pour cela qu'il est préférable de se concentrer au niveau du coeur, qui se trouve au centre de notre être et qui facilite l'alignement.

 

Etre aligné, c'est être en cohérence avec soi-même et souhaiter donc uniformément à tous les niveaux :

- physique : se comporter physiquement comme si c'était déjà là (regardez un enfant qui veut quelquechose ;)

- énergétique: rayonner, donner de l'énergie, nourrir énergétiquement ce que l'on souhaite;

- astral - émotionnel : éprouver des émotions fortes, positives, agréables par rapport à ce que l'on souhaite;

- moral : croire que ce que l'on souhaite est non seulement réalisable mais aussi réaliste et réalisé dans le présent;

- mental : visualiser, rêver, comme si ce que l'on souhaite était déjà arrivé au présent;

- yoga - fusion : ne faire qu'un avec ce que l'on souhaite.

 

Il faut aussi comprendre qu'il existe un "soi" à chacun de ces plans, lesquels émettent également sur tous les plans. Ainsi, votre corps astral ou âme ne vous laissera pas forcément faire tout ce qui pourrait vous passer par la tête car vous êtes interdépendants. Il en est de même pour votre esprit-conscience ou votre esprit-regard-de-dieu, à des niveaux plus élevés. Ainsi, le "soi inférieur" reste toujours libre dans une certaine marge à l'intérieur de ce qu'a pu fixer le "soi supérieur". C'est pour cela aussi que vous ne devez pas vous mettre à craindre de manifester ou d'attirer des choses très mauvaises pour vous si de toute façon vous n'êtes pas prêts à les affronter et que votre âme les bloquera pour vous... cela dit, si vous insistez, votre âme pourra très bien laisser passer une certaine quantité de malheur afin que vous finissiez par vous en détourner...

 

C'est à la fois très élémentaire de dire tout ça et très compliqué à appliquer. Le point fort, c'est que vous avez naturellement cette capacité à la naissance, comme tout être vivant (même si les "cassettes mémoires" des vies passées téléchargées dans l'être humain incarné peuvent semer quelque confusion... le point faible c'est qu'en grandissant et en vous "éduquant", vous avez détraqué votre fonctionnement, si bien que beaucoup de gens encore croient que la "loi d'attraction" est une nouvelle arnaque pour vous pomper votre argent. Déjà d'une part, j'ai envie de vous dire que vous n'avez pas besoin d'un coach spécialisé dans la loi d'attraction, le meilleur coach étant vous-même, votre conjoint et ensuite vos proches (d'où l'importance de ne pas voir trop souvent des gens qui vous démoralisent et réduisent à néant vos efforts d'amélioration). D'autre part, c'est très simple à appliquer et les séances de réalignement que vous pourriez faire ne servirait à rien dans la mesure où il faut traiter le problème à sa source et nous de manière "symptômatique" comme aiment tant nous l'expliquer les médecins.

 

Pour apprendre à vous réaligner dans la vie courante, vous devez être à l'affut de toute incohérence en vous-même qui aura tendance à se manifester également à l'extérieur de vous, sur tous les plans précédemment cités. Car l'extérieur (ce que vous exprimez, ce que vous créez, ce que vous attirez) est à l'image de ce qui est en vous.

 

Voici quelques pistes de réflexion :

 

- le MENSONGE : que ce soit un petit ou gros mensonge, il nous désaligne au moment où on le prononce. Depuis tout petit, les adultes nous mentent (mensonges purs comme l'histoire du Père Noël ou de la soupe qui fait grandir, mensonge détourné comme l'obligation d'obéissance aux parents et professeurs, mensonge d'évitement ou de contournement...). En grandissant, les enfants et les adolescents apprennent à leur tour à mentir entre eux et avec les adultes... Pourtant, la vérité est une valeur que l'on exige des autres, alors pourquoi ne pas l'exiger de soi-même ? Plutôt que d'apprendre à mentir, apprenez plutôt à exprimer vos ressentis et vos pensées, ou répondez de manière brève ou envoyez botter en touche. Bien sûr, il peut toujours arriver des situations où vous mentirez, mais en évoluant et en vous affirmant de manière cohérente et congruente, vous vous rendrez compte que vous n'avez plus besoin de vous protéger avec tous ces mensonges. Cela ne signifie pas pour autant verser dans l'abus de vérité et de raconter votre vie à tout le monde ! Si quelqu'un vous demande "ça va ?", par exemple, ce n'est pas une invitation à vous raconter tous vos problèmes, à moins que ça soit un ami proche qui vous le demande avec insistance... Le plus souvent, le mensonge est notre ennemi et à la longue, il s'ingère dans notre conscience et nous en arrivons à nous mentir à nous-même, en croyant à nos propres mensonges (la mythomanie existe chez beaucoup de personnes, même à de moindres niveaux). Le mensonge doit ici être entendu de façon très large, donc non seulement au niveau verbal (ce que l'on dit), mais aussi para-verbal (tout ce qui a rapport avec la voix) et non-verbal (la gestuelle, la posture), et même aux niveaux intérieurs, comme les croyances, les pensées, l'imaginaire...

 

- les BASES DU CONTRAT SOCIAL : nos sociétés occidentales "marchent sur la tête" et nous ont appris à aimer ce qui n'est pas harmonieux. A la base de notre société il y a d'ailleurs l'idée selon laquelle le mérite revient à ceux qui travaillent le plus et aux plus intelligents et rusés, d'où l'admiration (par exemple) d'un grand nombre de gens pour Bernard Tapie qui n'est pourtant pas un exemple à suivre... De plus, ce postulat est totalement faux si l'on tient compte des conditions de naissance de chacun et des personnes qui "ont de la chance".

 

- la CULTURE DE L'EGO : tout comme Gollum dans le Seigneur des Anneaux, on nous fait croire que nous sommes des êtres séparés des autres et que nous n'avons que deux options : la SOUMISSION (aux maîtres : la hiérarchie, l'argent, la politique, etc.) ou la REBELLION-REVOLTE-REVOLUTION. L'ego est certes notre bulle individuelle sans laquelle nous n'existerions pas, mais cette bulle elle-même n'existerait pas si la DIVINE LUMIERE n'était pas descendue sur lui... L'ego est chargé d'informations qui viennent s'interposer et ralentir les vibrations ; il ne doit pas être rejeté ni cultivé (ne pas lui vouer de culte :); il doit simplement être aimé pour ce qu'il est et accompagné dans son évolution, son retour vers le divin.

 

- le PESSIMISME contemporain, qui nous pousse à faire attention, à aller et critiquer ce que l'on n'aime pas, à être attiré par ce qui nous fait peur ou nous déstabilise, à développer une sorte de culture sado-maso. Au risque (souhaité) de vous choquer, ce pessimisme se trouve être pour beaucoup un "pain quotidien" et peut prendre la forme d'un (journal) quotidien, qu'il soit sous une forme papier ou sous forme numérique ou télévisée. Vous êtes-vous déjà demandés pourquoi les soit-disantes nouvelles sont aussi ciblées ? Pourquoi y-a-t-il autant d'informations négatives (avec quelques faits divers sordides) et que le peu d'informations positives communiquées ne vous permettent pas de contrebalancer le poids négatif ? Pourquoi la plupart des films véhiculent de la violence sous toutes ses formes, de la tristesse, du malheur, dont il faut toujours essayer de se sortir ? Pourquoi les publicités vous transforment en consommateurs sur pattes et vous implantent des slogans débiles qui vous reviennent mieux que votre poème préféré ? C'est cela, la marque du pessimisme. Alors, essayer de vous en éloigner et d'injecter un maximum d'optimisme dans votre vie, apprenez à voir les côtés positifs des choses, à voir la part de lumière en chaque être et en chaque événement. Car c'est chacun de vous qui choisirez de quoi votre monde de demain sera fait.

 

- le DECENTRAGE, qui consiste à à focaliser sur ce qui est à l'extérieur de nous, à rechercher à l'extérieur de nous ce qui nous manque, comme le bien-être, le bonheur, l'argent, le pouvoir, certaines qualités, etc. alors que nous devrions plutôt rechercher tout cela en nous avant de l'attirer ou le manifester à l'extérieur de nous (c'est comme ça que ça marche).

 

 

 

2 LE PRESENT

 

Considérez qu'il n'y a qu'un temps : le présent. C'est de là que vient l'expression "CARPE DIEM (quam minimum credula postero)" qui signifie : « Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain ». Plus on s'éloigne du plan matériel, plus le temps s'évapore, se fige : le temps est fonction de la quantité de matière. Cela permet d'expliquer beaucoup de choses, et en particulier l'intérêt de la réincarnation : la descente dans la matière permet d'accélérer son évolution puisque le temps s'y écoule beaucoup plus vite.

 

Quoiqu'il en soit, sur le plan divin, il n'y a plus de temps puisqu'il n'y a plus de matière, plus rien d'exprimer, plus rien de manifester. Et pourtant, c'est du plan divin que provient tout pouvoir, toute lumière, toute existence. Plus on est proche du divin, plus on est "lumineux", plus on a de pouvoir... Le passé nous échappe, le futur n'est pas encore arrivé... il n'y a que dans l'instant présent que notre pouvoir existe, qu'il est optimal. Le présent est même notre seule réalité, car le temps n'est pas linéaire, il se comporte comme toute information en formant des "clusters", des agrégats; autrement dit, le temps est granuleux. Il existe en quelque sorte une multitude de "je" séparés par des clusters de temps, dans l'espace-temps. C'est vous l'observateur, le dieu de votre réalité. Alors croyez en vous et que votre volonté soit faite !

 

La création et l'attraction, tout de manière générale se produit dans le présent et se diffuse ensuite dans toutes les dimensions et notamment dans l'espace-temps. Il vous faut donc comprendre que tout ce qui se passe en vous à chaque instant est comme un souhait, comme un voeu, qui pourra se réaliser ou non, en fonction de son alignement intérieur, de l'énergie qui nourrira le souhaite et de la répétition dans le temps... (vous faites cela tout le temps, à chaque instant de la journée, la plupart du temps sans vous en rendre compte !).

 

Exemple : en imaginant que votre véhicule pourrait être accidenté et en ressentant un mal-être par rapport à cela, cela revient à dire au Génie de l'Univers "faites que mon véhicule soit accidenté et que je ressente ce mal-être que je ressens actuellement".

 

C'est donc un pouvoir très puissant que vous avez en vous, heureusement limité à la fois par vos "soi supérieur" et par votre manque d'alignement, d'énergie et de répétition... C'est un présent continué, car il se prolonge dans le temps, c'est une succession de petits "présents" (sous forme de clusters, de granules) qui vous permettent d'arriver au "présent" (= cadeau) que vous avez demandé.

 

Préférez donc nourrir des pensées positives, un imaginaire heureux, faire des actions qui vous font vous sentir mieux, répéter des affirmations positives qui vous font plaisir...

 

Vous rappelez vous du jeu de fête foraine qui consiste à tirer une ficelle afin de choper un "cadeau" ? Ou si vous avez l'esprit "matheu", arrivez-vous à visualiser l'espace-temps sous forme de cordelettes d'énergie entrelacées (voir notamment la théorie des cordes) ? Ou sous forme d'un réseau neuronal ? Imaginez ensuite que vous titillez ou même tirer sur une corde, qu'arrive-t-il ? Vous faites vibrer ce qui se trouve sur cette corde. En fait, vous vibrer avec, car l'énergie et la fréquence et les répétitions font que vous allez faire vibrer davantage ou non ce qui se trouve sur cette corde. Et que se passe-t-il à votre avis si ce qui se trouve sur cette corde ne se trouve pas dans l'instant présent ? L'univers va tenter de vous l'amener afin de réduire la discordance entre le présent matériel et le présent souhaité...

 

 

 

  3 LA PROBABILITE

 

La notion de probabilité est bien souvent peu apparente des différents enseignements de la "loi d'attraction". Pourtant, elle est essentielle. En effet, pensez-vous que vous avez les mêmes "chances" de faire tomber une météorite d'un mètre de diamètre dans votre jardin ou encore de gagner un million d'euro au loto, que de trouver une place de parking ou d'arriver à l'heure à un rendez-vous ? NON ! Déjà à la base, chacun traîne son passé et donc un tas d'influences négatives qui pourront venir polluer vos souhaits (ce qui fait que certains ne croient pas à la loi d'attraction mais croient à la loi de Murphy), mais en plus, selon votre alignement intérieur lorsque vous formulez votre souhait, selon la "distance" qui vous sépare de la réalisation de votre voeu, selon l'énergie que vous mettrez dans votre souhait et l'acharnement avec lequel vous le répéterez, tout cela permettra de vous rapprocher ou au contraire de vous éloigner de la réalisation de votre souhait. S'il ne manque plus grand chose pour l'atteindre, alors l'effort requis sera moindre.

 

Si vous vous rappelez de vos cours de mathématiques et plus spécialement des probabilités, ou si vous imaginez tout simplement un jeu d'argent quelconque, vous pouvez vous faire une assez bonne idée de ce que peut être la probabilité. Néanmoins, dans la vie, il y a un très grand nombre de facteurs qui peuvent influencer la probabilité de survenance d'un événement quelconque, et en particulier :

- le passé qui détermine à la fois ce que vous êtes et ce que sont les autres êtres vivants dans un temps t-1, c'est à dire un temps qui précède immédiatement le temps présent ;

- la configuration des choses (non vivantes) telles qu'elles se trouvent dans le passé immédiat;

- le déroulement des événements naturels, tels qu'il sont censés se dérouler par rapport aux données connues.

 

Grâce à cet ensemble de données, on peut modéliser par informatique des prédictions sur l'avenir qui ne seront que des probabilités plus ou moins importantes de survenance d'événements ou de certaines tendances. C'est d'ailleurs sur cela qu'est fondée l'astrologie (étude de l'influence des astres sur la vie de chacun afin de déterminer les moments les plus opportuns pour faire quelquechose) ou encore toutes les mancies (voyances)...

 

Il y a toujours une probabilité même infime qu'il se produise des événements "impossibles". En physique quantique, par exemple, il est admis qu'un ballon peut passer à travers un mur sans le briser. En réalité, ce n'est possible que si certaines conditions sont remplies (notamment au niveau du taux vibratoire), mais pour un spectateur non averti qui ignore ces conditions, il criera au miracle si cela survient alors qu'il s'agissait d'un événément possible. C'est aussi pour cela que la Connaissance est un pouvoir. La Connaissance est d'ailleurs la Sephira cachée (Daath), c'est aussi le fruit défendu de la Genèse, car c'est ce qui donne le pouvoir aux hommes et leur redonne leurs pouvoirs divins.

 

La connaissance avec un petit "c" au sens commun du terme, c'est à dire au sens de mémoire, est davantage un inconvénient qu'un avantage, dans une certaine mesure du moins, car c'est ainsi que les croyances sont élaborées. La connaissance de probabilité (ou statistiques) est également un inconvénient dans la mesure où cela devient une croyance. Cette connaissance est celle de notre individualité et de notre appréhension du monde factice qui nous entoure, c'est elle qui nous sépare du divin en nous faisant croire à notre rêve matériel (le "maya", l'illusion).

 

Exemple 1: Ainsi, si vous savez qu'à telle heure telle personne prend telle route pour aller à tel endroit et que vous en faites une certitude, alors vous favoriserez la survenance de cela.

 

Exemple 2: Ou encore, si vous avez observé que telle personne se comporte de manière sournoise avec les autres, que vous la cataloguez comme une personne "sournoise", alors vous favoriserez son attitude sournoise...

 

CONCLUSION FINALE

 

L'observateur-spectateur (vous) devient acteur, il influence son milieu, sa vie, et s'il focalise trop sur des connaissances qui lui sont nuisibles, alors il les attirera et manifestera davantage...

 

Vous êtes au centre, au coeur de votre propre univers, car l'univers est infini et que vous le voyez de votre propre point de vue. En vous décentrant, vous donnez votre pouvoir à ce sur quoi vous portez votre attention. En vous réharmonisant, vous récupérez votre pouvoir. Vivez dans l'instant présent pour intensifier votre pouvoir, ce qui vous permettra de créer un avenir meilleur pour vous et votre univers. En conservant et alimentant suffisamment et périodiquement vos souhaits, vous les ferez vibrer de plus en plus jusqu'à ce qu'ils viennent exister dans votre "présent", un "présent" qui sera alors d'autant plus proche de vous.

Repost 0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 16:09

INTRODUCTION

 

Lorsque vous rêvez, vous rejoignez le plan astral. Le sommeil et le rêve font partie des expériences les plus utiles pendant notre incarnation. Les enfants dorment beaucoup, les animaux aussi, alors pourquoi ne ferions-nous pas pareil ? Il n'est plus à démontrer les effets positives d'un bon sommeil et les effets pervers d'un manque de sommeil répété (outre les signes physiques extérieurs, la santé s'amenuise et l'espérance de vie avec). Le sommeil n'est pas cette chose inutile que les accrocs au travail aimeraient bien nous faire croire ! C'est même pour certains le seul moment où ils peuvent être confrontés avec leur "fort intérieur".

 

Le sommeil est un moment privilégié pour se ressourcer, recevoir des ondes cosmo-telluriques et dialoguer plus facilement avec son âme, son esprit et d'autres entités, guides, maîtres ou simplement des frères et soeurs d'âmes.

 

Imaginez la faim que vous ressentiriez si vous ne mangiez plus qu'une fois par jour et demandez-vous si vous arrivez à contrôler facilement votre faim. C'est difficile, et pourtant, c'est ce que l'on fait avec le sommeil : on attend la fin de la journée, d'être bien fatigué, et on essaie même parfois de rogner sur notre temps de sommeil pour diverses raisons (activités extrascolaires ou extraprofessionnelles, séries télévisées, films, blogages, chat, travail à préparer, recherches de dernière minute, etc.). C'est pour cela qu'il est relativement difficile pour nous de nous réapproprier nos rêves et plus globalement notre sommeil ! Nous devrions au contraire apprendre à dormir ou somnoler plusieurs fois par jour, comme les chats ou les enfants, à nous réserver au moins une demi-heure deux à trois fois par jour pour nous détendre et communiquer avec les sphères supérieures.

 

Nos rêves sont le résultat non seulement de nos pensées, mais plus généralement de tout ce que nous vivons, tout ce qui est en nous, au sens large, sur tous les plans (sensations physiques et physiologiques, sensations énergétiques, émotionnelles, désirs, pensées, croyances, etc.). Selon l'importance de chaque chose et ce sur quoi on se focalise, cela se mélange et donne des rêves plus ou moins étranges. Seul l'initié qui pratique régulièrement la méditation et la sieste peut apprendre à redevenir maître de ses rêves et aller jusqu'à contrôler ses projections astrales (puisque les rêves se vivent pour l'essentiel sur le plan astral).

 

Le plan astral a cela de formidable qu'il est très malléable et réceptif à toutes sortes de vibrations. Alors par quoi commencer ?

 

THEORIE

 

Par défaut, nous laissons les rêves défiler comme un spectateur devant un film. Pourtant, nous savons que nous sommes de véritables acteurs à tout moment de notre vie. Pour se réapproprier ses rêves, nous pouvons commencer à des moments où nous n'avons pas encore véritablement sommeil, mais que nous sommes en état de faire une petite sieste ou par le biais de la méditation, de la visualisation ou de toute autre pratique qui vous convient le mieux.

 

La méthode est la suivante : s'identifier à notre rêve (7), prendre conscience de notre rêve (6), contrôler nos pensées et réflexions (5), reprendre le contrôle sur nos mémoires et projections (4), se réapproprier nos émotions (3), choisir d'utiliser et d'orienter notre énergie dans la direction que nous voulons (2), reprendre le contrôle de nos actions dans notre rêve (1).

 

AU PREALABLE

 

Sauf si vous avez déjà un entraînement ou une expérience personnelle riche en rêves éveillés ou lucides, il pourra vous paraître relativement difficile de passer à la phase pratique tout en continuant votre train-train quotidien de vie que l'on résume souvent par métro-boulot-dodo, en passant par quelques tâches ménagères et sorties.

 

Pour se mettre réellement dans la pratique du rêve conscient, il faut donc changer une partie de son quotidien et se concentrer sur tout ce qui concerne ce genre d'expériences : lire des articles sur le sujet, voir des films (comme Inception ou Avatar), en discuter, ... Plus encore, vous devez apprendre à vous interroger sur la nature de votre expérience tout au long de la journée : suis-je en train de rêver ? comment me vois-je ? est-ce que l'endroit où je suis et le déroulement des événements m'apparaît cohérent ? etc... surtout lorsque vous avez des expériences "étranges" ou qui sortent un tant soit peu de l'ordinaire (comme la rencontre d'une personne que vous n'avez pas vu depuis longtemps, la survenue d'un événement comme un accident, la perte d'objets importants, etc... Tout cela a pour but de déclencher automatiquement ce genre de questionnement lorsque vous êtes en rêve.

 

PRATIQUE DU REVE EVEILLE (1er niveau : sans perte de conscience)

 

Cette pratique consiste à rêver sans être vraiment endormi et vous pouvez vous aider d'une personne extérieure de confiance. Pour plus d'information sur le rêve éveillé, consultez la page wikipédia ou un site non officiel . ou encore de la technique de plongée en rêve tout en restant conscient en s'endormant.

 

Quand vous vous sentez légèrement fatigué (sans en être au point de vouloir dormir) et si les circonstances le permettent, faites une petite sieste et si besoin, régler une alarme pour vous réveillez à l'heure que vous aurez décidé (NB: il est possible également de faire cela en fin de période de sommeil, ce qui ne rendra pas forcément très facile votre rendormissement, mais cela pourra vous permettre de vous rappeler d'un rêve, par exemple).

 

Cette sieste peut vous paraître anodine, mais avec un peu de pratique, vous pourrez arriver sans trop de difficulté à une sieste-méditation, c'est à dire un sommeil léger dans lequel vous apprenez à reprendre progressivement le contrôle de vos rêveries. Vous pouvez vous servir de méditations guidées, de l'l'hypnose ou de musiques de relaxation

 

Juste avant de vous plonger dans vos rêveries, vous pouvez suggérer un scénario, une mise en situation, en vous inspirant des 5 éléments de la sorcellerie (élément psy, élément vital, supports, vecteurs et accessoires-ambiance). Ainsi, préférez un moment de tranquillité, téléphones débranchés ou inaudibles, lumière tamisée, encens et bougie si vous en ressentez le besoin, préparez une vidéo ou plutôt une bande audio au moins pour débuter la séance, utiliser des points ou photos de focalisation au besoin...

 

Pour débuter votre séance de sieste-méditation, la respiration abdominale vous sera très utile pour vous détendre, vous concentrer et vous réapproprier votre corps. Vous pouvez associer l'inspiration à la concentration sur une partie de votre corps et l'expiration à la détente de cette même partie de votre corps, en commençant par la tête et en terminant au niveau des pieds. Ensuite, laissez défiler vos pensées et ressentis au fur et à mesure qu'ils remontent à la surface, en restant de simples observateurs (comme un dieu qui regarde sans interférer avec la vie des humains). Une fois que vous vous sentez plus léger, vous pouvez commencer à projeter un rêve de manière consciente. Choisissez un rêve que vous aimez beaucoup, qui vous a procuré de la joie, de la paix, du bien-être, etc. Il peut s'agir d'un rêve récurrent, d'un rêve qui vous a marqué, d'un rêve que vous avez fait récemment,... Si vous n'en avez pas en tête, vous pouvez réfléchir à un souvenir que vous avez bien apprécié et qui reste bien marqué en vous, peu importe que vous l'ayez vécu récemment ou il y a longtemps. Si vous n'avez toujours rien à l'esprit, aidez-vous d'un support comme une photo de vacances ou d'une vidéo ou d'une musique que vous trouverez facilement sur internet.

 

Ensuite, laissez vous emporter quelque peu par ce rêve, en le guidant légèrement. Laissez votre imagination agir et réorientez-la si elle vire au cauchemard, trouvez un moyen d'effacer ou de supplanter des pensées ou émotions indésirables par des pensées ou émotions positives. Injectez consciemment des éléments désirables, peu importe que vous les ayez déjà vécu (rêve ou souvenirs de cette vie ou de vies passées) ou que ce soit de pure invention. Vous pouvez changer de lieu ou mieux, redessiner l'environnement selon ce qui vous paraît le mieux, en ressentant du plaisir (lié à la douce chaleur des lieux, par exemple), en éprouvant des émotions intenses (comme la joie d'être dans un lieu paradisiaque, par exemple) et en ayant des pensées positives (sur la beauté des lieux, par exemple),etc. Donnez-vous tous les outils nécessaires pour modifier ces lieux, les rendre plus beaux, plus agréables, et faites-les vivre en vous ! Les seules limites sont celles de votre propre imagination ! Vous pouvez tout faire, tout modifier, tout expérimenter ! Créez de nouveaux habitats plus respectueux de l'environnement, des centres d'éveil spirituel situés dans de larges pyramides, repeuplez la faune et la flore, faites tout ce qui vous passe par la tête pour vous sentir le mieux du monde ! Vous pouvez même ajouter des éléments de science-fiction qui fonctionneront pour la simple raison que vous avez tout pouvoir sur ce monde : zones de téléportation, griffons de transport aérien, sorts ou plantes magiques, etc.

 

Au fur et à mesure que vous reviendrez en ces lieux, vous pourrez les agrandir, les améliorer, en faire un véritable havre de paix pour vos méditations. Votre monde idéal pourra bientôt s'étendre à tout un pays, toute la planète, tout le système solaire et même au-delà !

 

PRATIQUE DU REVE LUCIDE (2è niveau : avec perte de conscience)

 

Pour en savoir plus sur le rêve lucide, consultez la page wikipédia ou encore du wikibook . ou d'un article de reve-la-tion sur le rêve lucide.

 

Lorsque vous avez réellement sommeil, il est autrement plus difficile de parvenir à un rêve lucide que lors d'une sieste, d'où la préparation que j'ai mentionnée ci-dessus (1er niveau). Dans le film Inception (cf wiki / BA), les extracteurs de rêve ont un objet fétiche qui leur permet de s'interroger sur la nature de leur expérience (Léonardo DiCaprio a une toupie). Vous pouvez également adopter un objet fétiche qui vous permettra de prendre conscience dans le rêve. Normalement, simplement le fait de vous interroger sur la nature de votre expérience peut vous permettre de comprendre que vous rêvez. De plus, en regardant et analysant votre expérience, la succession d'événements et de décors, la précision des visages et votre perception de vous-mêmes, ou encore l'incapacité d'éclairer la lumière, vous devriez comprendre rapidement si vous rêvez ou non (n'hésitez pas à prendre l'habitude de vous poser ces questions également à l'état éveillé).

 

Néanmoins, si vous parvenez à ce 2è niveau de pratique, un nouveau problème pourra apparaître : au moment où vous prenez conscience de votre rêve, vous basculez dans un nouveau rêve en perdant la connexion avec votre conscience ou vous restez conscient tout en croyant vous réveiller...

 

PRATIQUE DU REVE LUCIDE (3è niveau : prise de conscience et contrôle de ses pensées & réflexions)

 

Cette pratique vous permettra de surmonter la bascule dans un autre rêve ou l'impression de vous réveiller faussement. A ce stade, vous devez intensifier votre intérêt pour tout ce qui touche au domaine du rêve et de votre expérience de vie physique et subtile. Il n'est plus question ici d'un léger passe-temps; une réelle motivation est nécessaire pour surmonter les difficultés qui se mettront sur votre chemin (parce qu'elles existent déjà en vous, vous ne faites que vous réveiller et ranimer votre torpeur intérieure).

 

Dans la vie quotidienne, en méditation ou lors d'une sieste, apprenez à contrôler le fil de vos pensées; ne vous laissez plus porter en simple observateur. Choisissez une pensée sur laquelle vous voulez vous concentrer, puis laissez-la partir, choisissez-en une autre, et ainsi de suite. Vous pouvez aussi choisir de dire "STOP" et de ne plus laisser passer aucune pensée. C'est vous qui redevenez maître de vos pensées.

 

Apprenez également à ne pas vous laisser emporter dans vos réflexions qui peuvent naître de vos pensées: la plupart des gens le font habituellement sans s'en rendre vraiment compte, ils partent dans leurs souvenirs ou leurs projections, ils sont dans le passé ou l'avenir sans être réellement dans le présent; ils vivent "à côté de la plaque", comme certains disent. La méthode est la même : filtrez-les, stoppez-les, choisissez si cela vaut la peine de vous investir dans telle ou telle réflexion...

 

Si vous arrivez à atteindre ce stade de maîtrise non seulement à l'état d'éveil, mais aussi à l'état de sommeil, vous parviendrez à une nouvelle étape de reprise de pouvoir sur vous-mêmes. Vous pourrez contrôler davantage vos rêves et leur enchaînement, vous ne serez plus complètement des pantins à la mercie de tout ce qui vous passe par la tête, une bonne partie de ces choses étant d'ailleurs généralement inutile car elles polluent votre conscience.

 

Cependant, la maîtrise de ses pensées et réflexions n'est qu'une nouvelle étape dans la descente vibratoire. Si vous y arrivez, vous pourrez toujours expérimenter la difficulté de la maîtrise de la source de vos pensées et réflexions. Cette source s'enrichit au fur et à mesure de vos expériences de vie et de rêve, alors plus tôt vous vous y mettrez, mieux ce sera.

 

PRATIQUE DU REVE LUCIDE (4è niveau : contrôle de la source de ses pensées : mémoires et projections de vie)

 

Vos mémoires (vécues dans ce corps ou dans d'autres incarnations, à l'état d'éveil ou de sommeil) polluent votre conscience au fur et à mesure que vous grandissez et avancez sur le chemin de la vie. De même, vos projections de vie (ce que vous aimeriez faire ou non, ce à quoi vous vous comparez, etc.) peuvent prendre une partie importante de votre conscience et l'embourbent dans une puits vaseux qui semble sans fin...

 

A ce stade, vous devez résoudre vos mémoires et projections, trier le bon grain de l'ivraie, choisir celles qui vous sont utiles pour avancer et celles que vous devez délaisser, dès lors que vous en avez retiré les fruits nécessaires à votre évolution de vie.

 

PRATIQUE DU REVE LUCIDE (5è niveau: contrôle de ses émotions)

 

Les émotions que vous éprouvez au quotidien s'ancrent dans votre conscience. Plus encore, votre être physique est très vulnérable à ses émotions qu'il n'a jamais vraiment réussi à contrôler et qui ont été exploitées depuis sa naissance par toutes sortes de personnes (famille, amis, camarades de classe, collègues, publicitaires, scénaristes de films, etc.) et par toutes sortes de moyens plus ou moins trompeurs, indirects et vicieux.

 

Commencez par faire une liste de toutes vos peurs, vos craintes, vos angoisses, surtout celles qui vous semblent être vos points faibles.

 

*** à suivre ***

 


Voir aussi :

 

Voyage astral

 

Sommeil & rêves

 

Repost 0
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 19:53

Tout d'abord, deux schémas pour se souvenir de cette notion de chaîne alimentaire :

http://www.epa.gov/greatlakes/atlas/images/big05-f.gif

http://solutionpublicite.com/math/Theme1/Activ3/Images/chaineAlim.gif

   

 

  L'homme est traditionnellement placé en haut de la chaîne alimentaire de par sa qualité d'omnivore qui lui vient de sa prédominance (biblique) sur le règne animal. Avant que l'homme n'apprenne l'élevage (ce qui est relaté dans d'anciens textes comme provenant d'êtres venus d'ailleurs, d'extra-terrestres), il ne se nourrissait que très peu d'animaux et il le faisait essentiellement pendant l'hiver, lorsque la nourriture vient à manquer ; ceux qui vivaient en bordure de mer se nourrissaient tout au plus de poissons et crustacés. Nous pouvons en quelque sorte comparer l'homme au singe ou à l'ours : malgré sa musculature parfois imposante, il se nourrissait essentiellement de manière végétarienne. Depuis que l'homme a été "civilisé", qu'on lui a enseigné comme tirer profit non seulement de son environnement naturel mais aussi des animaux, il s'est mis à se nourrir d'animaux morts, qu'il faisait cuir à partir d'un certain niveau de connaissance pour éliminer les risques d'infections alimentaires... D'une certaine façon, nous pouvons assimiler l'homme moderne à un charognard organisé, "civilisé". Pourtant, l'homme n'est pas soumis qu'à ses instincts primaires et pourrait très bien choisir de se déplacer sur la chaîne alimentaire (en passant par exemple d'omnivore à végétarien), voire même ascensionner et ainsi sortir de ce cycle alimentaire et karmique, tandis que les animaux sont davantage associés à leur nature et leur(s) éléments (principalement la terre, l'air et l'eau), ce qui leur rend généralement l'ascension impossible... Penser que devenir végétarien est chose facile, c'est oublier que le ventre constitue un deuxième cerveau en lui-même, le système nerveux entérique étant composé d'environ 100 millions de neurones ! La mémoire de ce qu'il est, de ce qu'il a mangé et de ce qu'il a aimé se poursuit donc, inlassablement, jusqu'à ce qu'un événement déclencheur se produise et lui fasse changer ses envies. Certes, le goût intervient aussi, mais là encore, le goût est affaire d'éducation et de culture... Si nous voyons les enfants aimer autant la "junk food" et que nous cédons à leurs caprices en leur donnant une nourriture riches en graisses, sucres et sel, ne vous demandez-pas pourquoi ils grossissent aussi rapidement et pourquoi ils n'aiment pas les fruits et légumes ! D'ailleurs, ce n'est pas en faisant une pub alléchante sur ce genre de nourriture avec un petit slogan débile que les enfants sauront raisonner facilement leurs pulsions alimentaires, surtout si cela fait longtemps qu'ils s'alimentent ainsi !

 

A l'heure actuelle, les schémas sont quelque peu bouleversés par le fait de l'homme : l'homme se nourrit d'un peu tout et n'importe quoi, il mange pour manger, par pulsions et par plaisir, au lieu de manger parce qu'il a faim (et la publicité "manger bouger" le prend pour un enfant débile au lieu de l'éduquer aux bases de la nutrition); d'un autre côté les animaux d'élevage (herbivores) ou les animaux de compagnie sont nourris de toutes sortes d'animaux qu'ils ne mangeraient pas à l'état naturel...

 

Déjà, à l'état naturel, l'homme et les animaux sont conditionnés par leur comportement alimentaire. En étant un maillon d'une chaîne alimentaire, ils se nourrissent de la vie et quand ils meurent, ils nourrissent à leur tour la vie : c'est un cycle, tout comme le cycle karmique !

 

Le cycle karmique suppose que nous sommes conditionnés par notre histoire, nos réflexes, nos habitudes, ... puisque nous évoluons dans l'espace-temps. Il ne s'agit que d'un conditionnement : nous pouvons très bien changer et choisir d'évoluer; nous pouvons également choisir d'involuer et de créer de nouveaux conditionnements pervers. Nous le faisons tous les jours sans nous en rendre forcément compte, et même la nuit ! C'est pourquoi il est conseillé de changer de cadre de vie, de déranger nos habitudes, de s'ouvrir à de nouvelles façons d'appréhender le quotidien, de réfléchir sur notre vie et trouver un équilibre évolutif.

 

Ce cycle pourrait être également schématisé au niveau des plans vibratoires. Dans notre conception actuelle, nous avons tendance à considérer que pour exister à quelque niveau que ce soit, il faut "se nourrir", c'est à dire "vampiriser". Ainsi, pour exister davantage physiquement, il faut manger davantage (d'où le surpoids, l'obésité et les risques associés). Pour ressentir davantage la vie, il faut se gaver d'émotions fortes. Pour se sentir intellectuel, il faut passer sa journée à lui donner toutes sortes de choses à mémoriser ou d'exercices à effectuer...

 

Une nouvelle étape a été franchie par l'humanité, avec l'insertion quasi-systématique dans son alimentation (et celle des animaux d'élevage et familiers) d'éléments "artificiels" dans la chaîne alimentaire, c'est à dire de produits de synthèse, potentiellement nocifs à court, moyen ou long termes, parce qu'ils ne se retrouvent pas dans la nature et ne sont pas correctement assimilables par l'homme (voir l'article et le reportage "notre poison quotidien). Dans le meilleur des cas, ils sont éliminés et dans les pires cas, il peuvent détraquer le système immunitaire et causer des maladies. La pollution chimique de l'environnement joue également un rôle dans cette artificialisation de l'alimentation. On assiste à un nombre croissant d'allergies de plus en plus variées et de toutes sortes de maladies dégénératives qui étaient inconnues il y a un ou deux siècles. Les nouvelles générations sont plus "sensibles" à leur environnement et à leur alimentation et sont paradoxalement davantage coupés de la nature.

 

Pourquoi alors continuer dans cette voie ? Pourquoi continuer à nourrir le vivant avec des déchets, comme dans le champ d'élevage des humains dans Matrix ? Outre l'intérêt commercial et la plus grande facilité à cultiver de grands champs et élever un grand nombre d'animaux, l'artificiel joue un rôle similaire au virtuel : détourner l'homme de son véritable but, sa "légende personnelle" (cf livre "l'alchimiste" de Paulo Coelho) en l'enfermant dans une boîte qui lui fera croire qu'il est limité et impuissant.

 

 

http://static.skynetblogs.be/media/134833/dyn001_original_299_210_pjpeg__90240e45ae962679b61321ba14ea3f83.jpg

http://contreinfo.info/IMG/arton2696.jpg

 http://www.godofstyle.com/wp-content/uploads/2010/08/the-matrix-field1.jpg
   

 

L'artificiel (et donc la "machine") se nourrit de l"homme car c'est ce qui lui manque pour devenir autonome; l'homme l'a créé sans l'intention de lui donner la vie, considérant la matière comme "inerte". En intégrant de l'artificiel dans le corps humain, les puissants de ce monde matériel profitent ainsi d'un nouveau moyen pour allourdir les vibrations de l'homme, affaiblir sa conscience et limiter sa capacité de réflexion, si bien qu'il se comporte davantage comme un simple consommateur obéissant, voire comme un produit de consommation (donné au système, à sa hiérarchie, etc.). 

 

Pour sortir de ce cercle vicieux, il faut donc se nourrir mieux : regarder davantage l'origine et la composition des produits, manger à sa faim au lieu de se faire des orgies, manger plus sain (plus "bio" ou "raisonné") avec moins de produits chimiques, manger moins de viandes animales (qui sont à l'origine d'un certain nombre de maladies d'ailleurs et qui sont élevés dans des conditions "inhumaines"), choisir de donner son argent à ceux qui se préoccupent de la qualité de leurs produits (et donc de votre bien-être), etc. -- pour approfondir la question de la nutrition et de l'élévation, lire l'article "Du cannibalisme au respirianisme".

 

Il en est de même au niveau de l'énergie, des émotions, des croyances, des pensées, de la conscience... La nourriture physique comprend certes des dimensions énergétiques (l'énergie solaire reçue pendant la culture, par exemple), émotionnelles (la réaction à l'environnement, grâce à l'écoute d'une symphonie; inversement, les émotions négatives qu'ont pu avoir les animaux d'élevage sont véhiculés dans leur corps physique), etc.

 

Il faut à la base apprendre à s'aimer et à aimer les autres, en choisissant d'être honnête avec soi-même, quitte à déranger les habitudes et préjugés, plutôt que de continuer dans un système de vampyrisme, d'obéissance et d'autodestruction. Au fur et à mesure que l'on évolue (à tous les niveaux et de manière harmonieuse : croyances, mémoire karmique, émotions, énergie, etc.), nous pouvons abandonner un peu plus d' "ego" pour se rapprocher davantage de la Source. Plus nous sommes près de la Source, plus nous brillons, plus nous sommes des "Etres de Lumière" et inversement, plus nous nous éloignons de la Source, plus nous ressemblons à des ombres, plus nous sommes des "Etres des Ténèbres". L'ego permet une cohérence des individus le temps qu'ils évoluent. En voulant trop s'approprier et contrôler les choses et les autres, l'ego se perd dans son propre délire illusoire de puissance et finit par s'effondrer sur lui-même, tout comme cela peut se produire lors d'un effondrement gravitationnel d'une étoile. L'ego est un enfant qui doit être éduqué, ce doit être un allié de la Source, plutôt qu'un ennemi puisque l'inimitié n'est qu'un reflet de la propre image qu'il projette et qu'il perçoit, ce n'est pas la réalité fondamentale et universelle (nous sommes Un dans le Grand Principe Divin).

Repost 0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 14:01

Avez vous déjà eu l'impression de voir quelque chose dans le noir, une forme, une ombre passer, ou même votre animal de compagnie alors qu'il ne s'y trouvait pas ? Si c'est le cas, vous vous dites probablement comme beaucoup de Français que vous n'étiez pas bien réveillés et que votre esprit vous joue des tours. Cette analyse n'est pourtant pas complète.

 

En effet, dans tous les plans, nous sommes à la fois créateur et créature (observer déjà la grande similarité de ces deux mots, avec simplement un changement de position de la lettre "e"). Cela signifie que vous créez votre environnement dans tous les plans et que ce que vous faites passer pour une hallucination est en soi une création (dans l'astral généralement) que vous avez la possibilité d'observer parce que vous vous trouver dans un état modifié de conscience. Si la création est lente dans le plan physique, elle est beaucoup plus rapide dans les plans supérieurs, d'autant plus qu'ils sont subtils. Ainsi la création au niveau énergétique est-elle plus rapide, au niveau astral encore plus, et ainsi de suite pour les plans supérieurs (sentimental, moral, mental et divin). Observez avec quelle rapidité les pensées fusent dans votre esprit ou encore les sentiments ou émotions, tandis que la montée et la perte d'énergie est plus progressive...

 

Une fois ceci assimilé, que pensez-vous alors de la pluie de pierre au Sanatorium ?

 

L'hallucination est une faculté de l'esprit qui, si elle n'est pas contrôlée, rend fou. Inversement, la folie est une brèche psychologique qui permet à l'esprit de manifester et de voir plus facilement toutes sortes d'hallucinations. Les enfants ont cette faculté généralement jusqu'à l'âge dit de raison (7 ans), c'est à dire celui d'apprentissage de l'écriture, de la lecture et du comptage qui mobilisent beaucoup le cerveau gauche au détriment du cerveau droit. Néanmoins, certains parviennent à maintenir un développement du cerveau droit par diverses pratiques (outre l'utilisation du bras et de la jambe gauche) : expression artistique, écoute de musique, développement de l'intuition, etc.

 

Si vous mettez ensemble deux ou trois personnes qui ont non seulement la capacité de manifester leurs obsessions dans l'astral mais aussi de les voir, alors vous pouvez vous attendre à une matérialisation (cf aussi "la vie des maîtres").

 

Comment ça marche ?

 

Si l'imagination est encore relativement facile pour chacun de nous, la descente de la pensée au niveau astral (émotionnel) n'est pas aussi évidente; cela suppose de vivre l'expérience comme si on y était, comme des rêves que vous croyez réels. Pour commencer, visualisez durablement quelquechose que vous connaissez, que vous avez déjà vu ou même qui est en face de vous actuellement. Il vous faut vous en imprégner un certain temps. Ensuite, il vous faut vous concentrer dessus jusqu'à le vivre émotionnellement (vous pouvez vous créer un scénario). Enfin, et c'est le moment le plus délicat, vous devez le voir, l'halluciner (c'est à dire le voir dans l'astral), et continuer à lui projeter de l'énergie pour lui donner forme, jusqu'à ce qu'il commence à être visible physiquement par une caméra.

 

Cet exercice a plus de chances de fonctionner si vous êtes plusieurs à faire cet exercice et si vous vous trouver dans un milieu riche en énergie (cf hauts lieux énergétiques de la planète).

Repost 0

Recherche

Catégories